Catharisme d'aujourd'hui
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Catharisme d'aujourd'hui

Forum de discussion de Culture et études cathares et Église cathare de France.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cdiscount : -30€ dès 300€ ...
Voir le deal

 

 Les croyants remarquables de l'Église de Pèire

Aller en bas 
AuteurMessage
Chantal

Chantal


Messages : 959
Date d'inscription : 05/11/2021
Age : 69
Localisation : Bayac Dordogne

Les croyants remarquables de l'Église de Pèire Empty
MessageSujet: Les croyants remarquables de l'Église de Pèire   Les croyants remarquables de l'Église de Pèire EmptyDim 3 Déc - 19:11

Avant de fermer ce livre bouleversant de Anne Brenon, j'aimerais saluer certains croyants que j'y ai croisés et qui sont difficiles à quitter. Le courage et la foi inextricablement liées de certains donnent une idée du véritable trésor cathare, ayant pour toile de fond  la prédication cathare de l'Ancien, parole que même le feu ne pouvait détruire. Mais, même cela, l'inquisition catholique et tous ses sbires ne le savaient pas!
Malgré la répression toujours plus écrasante de la machine de guerre inquisitoriale des années 1305 à 1312, les familles croyantes font bloc, réinventent - jusqu'à la perte ou disparition des  derniers Bons Hommes - de nouveaux refuges, de nouveaux liens et codes clandestins, pour tenter jusqu'au bout de sauver leurs ministres, pour sauver leur Église au péril de leur propre vie. Á cette époque alors tout refuge d'hérétiques une fois repéré par les agents de l'inquisition était brûlé, maison maudite et détruite, habitants arrêtés, envoyés au Mur avant d'être jugés et plus tard brûlés si relaps, de même exhumée et brûlée toute personne morte consolée par un hérétique, car rien ne devait subsister de l'action des Bons Hommes. D'autant plus diabolique quand tout cela est fait au nom de Dieu. La mauvaise Église, celle qui «possède et écorche» dévoilait  ici son vrai visage.
Sentence du 25 mai 1309, au sujet des exhumations des croyants consolés et enterrés :
Citation :
Par notre sentence, nous les condamnons comme hérétiques, ordonnant qu'en signe de leur perdition leurs ossements, si on parvient à les distinguer des autres ossements des catholiques (sic), soient exhumés de la terre sacrée des cimetières et brûlés dans la détestation d'un crime aussi abominable».
Quelle histoire incompréhensible, quand face aux colporteurs de telles paroles, l'autre Église, celle «qui fuit et qui pardonne», fuyait et se reconstituait quand même à mesure! Anne s'en étonne aussi: « À notre  étonnement, Verdun-en-Lauragais, le Born, Verlhac, Monclar-en-Quercy redeviennent les havres clandestins qu'ils étaient depuis toujours. On verra en 1308,après l'irruption de l'Inquisition en Sabartès, le novice Arnaut Marty, peu avant son ordination, en compagnie du Bon Homme Guilhem Autier dans la maison Ysabe, à Verdun-en-Lauragais. C'est le jeune Ysabe qui reçoit les hérétiques, alors que ses père et mère sont prisonniers au Mur».
Les croyants de Tarabel, Pons des Hugous et son épouse Bruna, sont comme un symbole de cette force peut-être bien  transcendantale. Hébergeant de septembre 1309 à janvier 1310  le Bon Homme Pèire Sans, le grand fugitif, ils l'aideront à fuir quand les agents de l'inquisition se présenteront à leur logis pour l'attraper.  Anne conclut: « Alors qu'en le livrant ils auraient gagné la libération du grand passeur Pèire Raimond des Hugous, frère de Pons. La liberté de Pèire Sans vaudra leur mort et la sienne». La foi de ces croyants est exemplaire.
Nombreux sont ces héros du catharisme, Arnaut Vidal le cordonnier, Pèire Bernier le grand passeur, Pèire Clairac, passeur et agent de liaison, et tant d'autres encore qu'il est bon de connaître et de nommer.  
Et même si à la poursuite de l'Ancien, les perquisiteurs enfoncent les portes des maisons des croyants de Verlhac à Rabastens, au gîte de Belvèze, les croyants arrêtés et  prisonniers se taisent obstinément. Aucun d'entre eux, nous dit Anne, ne parlera. 
Sentence des condamnés au Mur, lors du sermon général de printemps 1310:
Citation :
Et parce que toi, Serdane Faure, et toi Pèire Raimond des Hugous, et toi, Raimond Peyre, de Saint-Sulpice, vous avez plus amplement et plus gravement méfait et que, pour cela vous méritez d'être punis plus lourdement, nous vous condamnons  à la prison perpétuelle du Mur strict, dans un lieu plus étroit, aux fers et dans les chaines…» 
Ce qui signifie, l'enchaînement définitif dans la solitude d'un cachot, considéré -comble du sadisme - «pénitence salutaire» par l'inquisiteur!
Pèire Raymond des Hugous, au bout de trois ans de Mur strict fera le choix de  le quitter pour le bûcher: dans son cachot, il engage une grève de la faim et déclare qu'il entend vivre et mourir dans la foi de Pèire Autier. Traduit devant l'inquisiteur, rien ne le fera alors revenir sur sa décision mais il  fera au  contraire un vibrant acte de foi.
Il faut rappeller  que Pèire Raimond des Hugous, agent actif des Bons Hommes avait guidé l'Ancien de Sabartès en Toulousain, était présent aux grandes réunions de l'Église à Limoux, faisait à Toulouse le lien entre les différentes maisons de l'Église, avait conduit Pèire et Jaume à la grande assemblée religieuse du jardin de Saint-Cyprien… Il était homme de confiance de l'Église et dépositaire de leurs réserves monétaires. Ce rappel pour mieux comprendre l'attitude de ce grand et magnifique croyant qui à l'isolation depuis trois ans et privé de toute prédication depuis sept ans, va affronter l'inquisition avec une assurance et une détermination révélatrice de sa foi et de sa connaissance du Bien. Sans recourir aux précautions oratoires utilisées parfois par les Bons Hommes, sans éluder aucun point de la théologie cathare, il refuse de prêter serment sur les évangiles et de faire le signe de croix.  Les termes de la sentence sont très parlants:
Citation :
Item, [tu affirmes] que le Bon Dieu a fait tout ce qui est invisible et incorruptible et que le mauvais principe, c'est-à-dire Lucifer, a fait tout ce qui est visible et corruptible, ainsi que les corps humains[…]
Item du sacrement de l'incarnation du Fils de Dieu, tu affirmes de manière blasphématoire que Dieu n'est jamais entré dans le sein de la Sainte Vierge Marie, mais qu'il est tout aussi bien la mère que le frère ou la sœur de Dieu, qui sert les commandements de Dieu le Père.  
Item, tu t'ôtes toi-même, volontairement la vie du corps et tu t'infliges la mort, en te mettant dans cette abstinence que les hérétiques appellent endura , dans laquelle endura tu es déjà depuis six jours, tu t'obstines sans manger ni boire, et tu as refusé de manger et tu le refuses encore, bien qu'y ayant été invité à plusieurs reprises, te vouant ainsi à la mort éternelle avec les damnés […] 
Item, tu as dit que si tu pouvais avoir le secours de Pèire Sans, le notoire hérétique [Alors toujours vivant et libre ], ou le quelque autre de sa secte, tu voulais être reçu dans leur ordre selon leur mode et leur rite […] Tu as dit et affirmé à multiples reprises, et affirmes encore devant nous, que tu n'abandonneras jamais cette foi qui n'est pourtant que perfidie, mais que tu veux persévérer en elle, en elle vivre et mourir».
C'est lui, Pèire Raimond qui provoque sa comparution. . Il connait déjà la sentence, il agit donc en toute conscience et liberté. Son courage est d'autant plus grand que sans le secours du Bonhomme Pèire Sans à ses côtés ce 21 septembre 1313, il n'est pas sûr de sauver son âme. Pour moi, il est porté par sa foi, une foi sans égale, qui le porte et le transporte. Il sait où il va , avec ou sans aide. Et on peut croire au Bon Homme spirituel, son Ange gardien tel qu'il fut  évoqué par Guilhem Bélibaste.
Enfin, la sentence de Pèire Guilhem de Prunet est elle aussi une sentence spéciale qui a apparemment fait cogiter Anne Brenon. 
Hérétique et relaps , croyant actif et agent des Bons Hommes lui aussi, passeur régulier de l'Ancien probablement capturé dans l'hiver 1309-1310, amené à Toulouse devant l'Inquisition, il refuse de prêter serment devant le tribunal et refuse d'abjurer sa foi.
Les condamnations d'avril 1310 sont précises:  61 condamnations au Mur ,3 condamnations au Mur strict (citées ci-dessus), suivies de 6 condamnations à titre posthume, c'est-à-dire exhumation et bûcher pour 6 morts relaps consolés, et 17 condamnations au bûcher pour 17 relaps. Seize de ces condamnés iront ensemble au bûcher probablement quelques jours avant l'Ancien. Le dix-septième relaps sera Pèire Guilhem de Prunet et dernier compagnon de l'Ancien pour le bûcher. Ils furent probablement brûlés, nous dit Anne, le 10 avril 1310. Le fait que  Pèire Guilhem, considéré par l'Inquisiteur comme hérétique impénitent de par sa claire et définitive profession de foi , fut brûlé le même jour que l'Ancien interroge alors Anne; Voici ce qu'elle en dit: 
«Je me demande très sincèrement si Pèire Guilhem de Prunet , le dernier compagnon, celui qui partage le bûcher de l'Ancien, ne meurt pas, lui aussi, en chrétien. Ce qui ouvre en moi ce doute, réside dans la formulation même de sa sentence. Proclamant devant l'inquisiteur son impénitence, il fait une profession de foi cathare «dans laquelle il veut vivre et mourir», qui évoque de manière invincible la phraséologie spécifique des Bons Hommes  prisonniers de leur vœu de vérité […] J'ai réellement le sentiment que le double bûcher qui vient couronner la sentence de Pèire Autier emporte effectivement deux hérétiques - deux frères en l'Église, un Bon Homme et son Ancien, Pèire Guilhem de Prunet et Pèire Autier».
Ces trois-là, comme beaucoup d'autres ont, comme dit si bien l'auteure «signé dans le feu la réalité de leur foi, signé leur choix hérétique». 
En fermant le livre, je comprends mieux aujourd'hui pourquoi depuis ma lointaine lecture « Le bûcher de Montségur», il y a toujours de la place dans mon cœur pour ces esprits libres. Merci à toi Pèire Guilhem, à toi Pèire Raimond, à toi l'Ancien, à vous tous que je ne peux nommer mais dont l'Esprit libre et intouchable par  le feu est ma lumière pour avancer.

Guilhem et Vladimir aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
Les croyants remarquables de l'Église de Pèire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pèire Autier ou Pèire l'Ancien: un prédicateur proche de ses croyants.
» Les croyants qui n'ont plus rien à apprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharisme d'aujourd'hui :: Publications :: Le catharisme dans l'histoire :: Histoire du catharisme-
Sauter vers: